Finger dena

Finger dena

 

 

Shahzaman Haque
Laurence Lecuyer

 

L’une des expressions la plus courante parmi les demandeurs d’asile d’origine pakistanaise et afghane, ceux qui parlent notamment l’ourdou, est « finger dena ». Si le premier mot est un emprunt à l’anglais pour le doigt, le second signifie donner en ourdou. Cela peut donc signifier littéralement « donner son doigt » ce qui fait référence à la prise des empreintes digitales lors du parcours migratoire. Nous l’avons entendu cette expression, à plusieurs reprises aux terrains de recherche dans le cadre du projet ANR LIMINAL (Médiation linguistique et interculturelle dans un contexte de la migration internationale). Nous l’avons également entendu dans le passé par les migrants pakistanais ou afghans que nous avons croisé dans notre quotidien.

Le fait de « donner son doigt », afin que son empreinte soit marquée de façon indélébile dans les registres de l’administration des pays européens peut avoir de lourdes conséquences pour les individus. En effet, l’enregistrement des empreintes digitales permet de retrouver un individu entré sur le sol d’un pays européen et, le cas échéant, de le déporter. Ces dernières années, quelques individus ont été déportés dans le cadre de la procédure Dublin, autrement dit des « dublinés » notamment au Soudan, où ils ont trouvé la mort puisqu’ils étaient recherchés par les autorités de leur pays.

« Donner son doigt » n’est donc pas un acte anodin. Cela peut, indirectement, entraîner la mort. L’acte renvoie au fait d’être facilement identifiable et de laisser la trace indélébile de son passage dans un contexte de criminalisation de la procédure migratoire. Il s’opère un glissement sémantique de cet acte anodin dans le contexte migratoire contemporain.

En effet, dans le contexte indien par exemple, le fait de « donner son doigt » renvoie à la procédure de vote dans le contexte rural comportant une part d’individus n’ayant pas été alphabétisés en contexte scolaire. Leur signature est donc celle de leurs empreintes digitales, souvent le pouce. Dire de quelqu’un qu’il est « angootha chaap » ou ‘celui qui ne peut tamponner avec son pouce » renvoie à une distinction au sein de la population entre les individus sachant lire et écrire et ceux ne le sachant pas. Qui est plus, une marqueur d’humiliation pour ceux qui n’ont pas eu accès à l’éducation.

En ourdou, et aussi en hindi (langue proche), plusieurs expressions idiomatiques sont attribuées au doigt. Nous pensons notamment à « ungli karna » (faire le doigt), ce qui corresponde au sens d’embêter quelqu’un. Ensuite, « ungli dikhana » (montrer le doigt) signifie ‘menacer quelqu’un’ et puis, « ungli lagana » (poser le doigt) veut dire ‘attouchement. Il apparaît donc que l’invention du terme « finger dena » semble fusionner un contexte culturel déterminé et le contexte de l’exil. En effet, l’expression idiomatique qui renvoie au fait de « donner son doigt » a été conservée, mais le terme « doigt » a été remplacé par le terme anglais « finger ».

Dans le contexte de l’exil, l’expression idiomatique « finger dena » renvoie de façon abrupte à la condition de l’exilé, pour lequel laisser une empreinte peut faire basculer tragiquement son destin. La différentiation entre le fait d’être analphabète ou éduqué cède la place à une condition commune de l’exil où le destin des individus est scellé par le fait d’avoir, ou non, laissé ses empreintes digitales.

Le cas de cet homme nous ayant confié lors d’une observation dans les centres d’accueil parisiens qu’il allait se brûler les deux mains après avoir appris que sa demande d’asile avait été rejetée et qu’il allait être expulsé illustre en force cet exemple. Un exilé pakistanais en situation irrégulière en France a évoqué lors d’une de nos rencontres le fait de se brûler les deux mains de façon à ce que les traits de ses mains disparaissent de façon irrévocable. Sorte d’immolation symbolique visant à faire disparaître son identité aux yeux de la société, faire disparaître jusqu’à ses empreintes digitales renvoie à la façon dont certaines sociétés européennes traitent la question de l’exil : l’autre, l’étranger, doit brouiller les pistes, jusque dans les replis de son propre corps. Le désir de faire disparaître cet autre jusqu’à provoquer son involution à l’intérieur de lui-même.

L’une des expressions la plus courante parmi les demandeurs d’asile d’origine pakistanaise et afghane, ceux qui parlent notamment l’ourdou, est « finger dena ». Si le premier mot est un emprunt à l’anglais pour le doigt, le second signifie donner en ourdou. Cela peut donc signifier littéralement « donner son doigt » ce qui fait référence à la prise des empreintes digitales lors du parcours migratoire. Nous l’avons entendu cette expression, à plusieurs reprises aux terrains de recherche dans le cadre du projet ANR LIMINAL (Médiation linguistique et interculturelle dans un contexte de la migration internationale). Nous l’avons également entendu dans le passé par les migrants pakistanais ou afghans que nous avons croisé dans notre quotidien.

Le fait de « donner son doigt », afin que son empreinte soit marquée de façon indélébile dans les registres de l’administration des pays européens peut avoir de lourdes conséquences pour les individus. En effet, l’enregistrement des empreintes digitales permet de retrouver un individu entré sur le sol d’un pays européen et, le cas échéant, de le déporter. Ces dernières années, quelques individus ont été déportés dans le cadre de la procédure Dublin, autrement dit des « dublinés » notamment au Soudan, où ils ont trouvé la mort puisqu’ils étaient recherchés par les autorités de leur pays.

« Donner son doigt » n’est donc pas un acte anodin. Cela peut, indirectement, entraîner la mort. L’acte renvoie au fait d’être facilement identifiable et de laisser la trace indélébile de son passage dans un contexte de criminalisation de la procédure migratoire. Il s’opère un glissement sémantique de cet acte anodin dans le contexte migratoire contemporain.

En effet, dans le contexte indien par exemple, le fait de « donner son doigt » renvoie à la procédure de vote dans le contexte rural comportant une part d’individus n’ayant pas été alphabétisés en contexte scolaire. Leur signature est donc celle de leurs empreintes digitales, souvent le pouce. Dire de quelqu’un qu’il est « angootha chaap » ou ‘celui qui ne peut tamponner avec son pouce » renvoie à une distinction au sein de la population entre les individus sachant lire et écrire et ceux ne le sachant pas. Qui est plus, une marqueur d’humiliation pour ceux qui n’ont pas eu accès à l’éducation.

En ourdou, et aussi en hindi (langue proche), plusieurs expressions idiomatiques sont attribuées au doigt. Nous pensons notamment à « ungli karna » (faire le doigt), ce qui corresponde au sens d’embêter quelqu’un. Ensuite, « ungli dikhana » (montrer le doigt) signifie ‘menacer quelqu’un’ et puis, « ungli lagana » (poser le doigt) veut dire ‘attouchement. Il apparaît donc que l’invention du terme « finger dena » semble fusionner un contexte culturel déterminé et le contexte de l’exil. En effet, l’expression idiomatique qui renvoie au fait de « donner son doigt » a été conservée, mais le terme « doigt » a été remplacé par le terme anglais « finger ».

Dans le contexte de l’exil, l’expression idiomatique « finger dena » renvoie de façon abrupte à la condition de l’exilé, pour lequel laisser une empreinte peut faire basculer tragiquement son destin. La différentiation entre le fait d’être analphabète ou éduqué cède la place à une condition commune de l’exil où le destin des individus est scellé par le fait d’avoir, ou non, laissé ses empreintes digitales.

Le cas de cet homme nous ayant confié lors d’une observation dans les centres d’accueil parisiens qu’il allait se brûler les deux mains après avoir appris que sa demande d’asile avait été rejetée et qu’il allait être expulsé illustre en force cet exemple. Un exilé pakistanais en situation irrégulière en France a évoqué lors d’une de nos rencontres le fait de se brûler les deux mains de façon à ce que les traits de ses mains disparaissent de façon irrévocable. Sorte d’immolation symbolique visant à faire disparaître son identité aux yeux de la société, faire disparaître jusqu’à ses empreintes digitales renvoie à la façon dont certaines sociétés européennes traitent la question de l’exil : l’autre, l’étranger, doit brouiller les pistes, jusque dans les replis de son propre corps. Le désir de faire disparaître cet autre jusqu’à provoquer son involution à l’intérieur de lui-même.

Case

Publié précédemment le 10.06.2019 sur https://liminal.hypotheses.org/771

 

 

Mera case kon likhega ? Mera case bahut petchida hai –  « Qui va écrire mon récit ? Mon récit est très compliqué ». Cette phrase exprime l’inquiétude des migrants pakistanais lorsqu’ils comprennent qu’ils doivent produire un récit, écrit d’abord dans leur langue, puis en français.

Les exilés originaires d’Asie du sud, particulièrement ceux venant du Pakistan et de l’Afghanistan, mais aussi du Bangladesh, du Népal et de l’Inde emploient le terme anglais « case » /kεs/ qui signifie pour eux « récit ». Le récit est un élément crucial lors d’une demande d’asile. Il comporte des informations sur la nécessité de protection face à un parcours personnel, au sens de la Convention de Genève de 1951 qui stipule que le terme réfugié s’applique à toute personne qui « craint avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions publiques ». Il  est également normé, avec des attendus explicites ou implicites. Plusieurs associations mais aussi des “aidants” interviennent et avec l’aide d’un interprète, un récit est rédigé et traduit. On peut aussi signaler le « marché » parallèle des récits, où ceux ci, stéréotypés, sont revendus à différents tarifs. Le demandeur d’asile doit apprendre par cœur les informations racontées dans le récit.

Aucun dossier sans récit ne pouvant être accepté par l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA), le terme « case » prend une conséquence une connotation spécifique dans le langage des migrants. Il renvoie également au statut du requérant. Le « case » est en quelque sorte une clef de voûte sur laquelle repose tous leurs espoirs d’obtention de la protection du pays d’accueil.

En anglais, le terme « case » signifie ‘incident’, ‘situation’, ‘problème’. Dans le sous-continent indien, il est utilisé également dans le sens de « faire le procès de », il fait donc un lien avec le tribunal. Le glissement du sens premier « faire le procès de » au « récit » par des exilés pourrait venir de cet usage spécifique :  en dernier recours, les exilés peuvent avoir recours en France à la Cour nationale du droit d’asile (CNDA).

Il est possible de trouver le mot « case history » en anglais, qui désigne la trajectoire pathologique d’un patient suivi par un psychologue. Ainsi, la phrase Mere jo case ka story hai qui signifie « c’est l’histoire de mon récit », prononcée par des demandeurs d’asile pakistanais dans des Centres d’accueil de demandeurs d’asile (CADA) comme introduction à leur récit.

Dans l’usage familier, on désigne par « case » quelqu’un qui est « lourd » ou  « idiot ». Il existe un équivalent en français ‘cas’ : « ce type est un cas », un cas social, particulièrement stupide, problématique, incongru et inadéquat. Expression très courante en ourdou et en hindi « bahut bara case hai », elle n’a pas été entendue dans les centres d’hébergement plus qu’ailleurs, mais cette proximité est à souligner.

Shahzaman Haque (Inalco / Liminal)

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search