Mujibur Rahman Sohail Azeem Abadi

par – Syed Muhammad Hasnain

Traduit de l’ourdou par – Shahzaman Haque

Inutile de lever votre lampe. Vous le connaissez, vous savez qui il est. C’est Sohail Azeem Abadi.

Teint hâlé, front large, sourcils noirs et une taille presque considérable… mais attendez un peu. Voici une question… Comment définir l’humour ? « UNE SENSATION D’INCONGRUITÉ EST À L’ORIGINE DU RIRE »

« Non monsieur. Dites-le en ourdou et illustrez avec un exemple »

« L’Incompatibilité ou l’impropriété de circonstances qui… »

« Non monsieur. Une définition simple en seulement deux mots — l’association d’éléments disproportionnés, comme… Akhtar Oranvi et Sohail Azeem Abadi s’embrassent dans une foule compacte après les prières de l’Aïd… »

___________________________________

Une petite foule s’était rassemblée près d’un marchand de glace sur une route menant à Muradpur. Cette foule en demi-cercle augmentait progressivement. Puis, six personnes se démarquèrent de cette assemblée et toutes se mirent à regarder une personne au milieu de cette foule. Je me suis avancé pour voir quel était le problème. Des voix s’élevaient alors.

« Entièrement infondé, félicitations, pas le temps, oui bien sûr, non mon cher, rien n’est impossible, je ne le trouve pas, il va falloir le changer, pourquoi pas, qu’est-ce que c’était, ce n’est pas facile, mon Dieu j’ai donné, allez mon frère, envoie-le simplement sans timbre… »

La conversation était assez étrange et totalement incohérente. Je ne comprenais rien à l’incident et je m’en suis donc approché. En m’approchant de la foule, j’ai commencé à regarder au-dessus des épaules des gens devant moi. Toutes les discussions portaient sur une seule personne. Sohail Azeem Abadi en faisait partie.

Cheveux en bataille, mine ravie, sourire aux lèvres et lui-même simplement ébouriffé, tels étaient les traits de l’apparence de Sohail. Les doigts de sa main droite étaient dissimulés dans la poche de son pantalon, et sa main pliée tenait un exemplaire de « Lénine et Marx » contre lui. Les doigts de son autre main dessinaient, séparaient et dessinaient à nouveau des cercles dans ses cheveux lisses, semblables à des fils de laine à tisser. Et sa main droite était entremêlée avec celle d’un vieil homme. Qui était en mouvement et qui était statique ? Difficile de le dire tant l’étreinte des bras était étroite, ils étaient comme enchevêtrés. Ses yeux étaient impatients de dire quelque chose, et ses sourcils noirs semblaient grandir et traverser le cercle de ses lunettes noires. Tous les regards de la foule observaient Sohail et ses deux yeux embrassaient toute l’assemblée. Tout le monde se parlait, la foule entière composait l’auditoire, mais seul Sohail était attentif. Parce que sa langue et ses yeux étaient en parfaite harmonie, l’une accompagnant les autres et inversement.

 « Où mon frère ? » Ses yeux m’ont repéré et il y a eu un appel « au revoir ». J’ai dit : « Assalamu alaykum » et, avançant vers lui, je me suis rapproché. Puis j’ai demandé, « Quand êtes-vous arrivé Monsieur Sohail ? »

« Je ne donne aucune importance à ce genre de personnes » me répondit-il. Je me suis tu. Puis la sentence est tombée, « Tabasse ce misérable. » Toute palabre eut été inutile, et tout s’est arrêté là.

___________________________________

Azeem Abad Patna est sa terre natale, il réside à Ranchi. Le service est son métier et la littérature son passe-temps. Il vient chez lui pour six à sept mois et s’en va dès qu’il arrive. En réalité, la vie et la mort, la mortalité et la survie constituent un mouvement vivant, qui s’éloigne et se rapproche de Sohail. Cette lampe bien connue attire les papillons de nuit vers elle, quand ils la voient de près — peut-être aurez-vous l’impression d’être incompris, car Sohail n’est pas une personne si incroyable, et n’a aucune coquetterie. Iqbal s’est adressé à la bougie après avoir ruminé sur la vie agitée du papillon de nuit et la vive lumière de la bougie ;

Votre coquetterie entretient son agitation,

Quelles mœurs d’amour lui avez-vous enseignées.

Même sans coquetterie, la présence de Sohail rend indubitablement les autres nerveux. Le dévouement à la littérature a remplacé les mœurs amoureuses et le voile de la profession et du passe-temps a transformé Sohail en Shakeel sous couvert de sincérité. Aucun doute que Sohail Azeem Abadi a non seulement accompli des réalisations décisives pour la publication et la propagation de sa langue dans la vaste région du Nagpur, mais il a aussi laissé des exemples vivants d’édition littéraire et de création dans toute l’Inde. Cette lumière brillante du Bihar devient encore plus lumineuse à son arrivée sur ses terres d’origine. Les yeux s’immobilisèrent complètement à la vue de Sohail à Patna. Même sans vouloir s’arrêter en voyant Sohail passer devant eux, les pieds inconsciemment se figent, et soudain ce gitan de quatre pieds et sept pouces de haut devient grand lettré, avant d’être encerclé par une foule. S’ensuit une conversation. Les applaudissements et la sincérité de la foule amènent la vision, l’ouïe et les perceptions de Sohail Azeem Abadi au plus près de son expression des plaintes et des responsabilités, et chaque interlocuteur s’agglutine à lui dans cet échange de répliques.

Sohail est un auteur de nouvelles, un poète du quotidien, un musulman traditionaliste et un socialiste religieux. Il mange les feuilles de bétel; non, plutôt, il le mange beaucoup et est également accro aux cigarettes. Il prend régulièrement le thé et écrit des histoires avec son cœur. Malgré cela, Sohail est socialiste parce qu’il porte une robe ; plus exactement une robe très ordinaire, il voyage en wagon de troisième classe sans aucune formalité, et est une personne très généreuse, bienveillante et aimante.

Sohail a amélioré son statut dans les nouvelles ourdoues au même titre qu’Ahmad Nadeem Qasmi, Sudrashan et Prem Chand. Tous ces artistes ont créé un créneau particulier, Prem Chand le premier. Le Punjab agricole est luxuriant avec Ahmad Nadeem Qasmi. Les terres rurales de Bihari sont très fertiles avec Sohail Azeem Abadi et les villages paisibles du nord de l’Inde sont très agréables avec Munshi Prem Chand. L’œil aiguisé de Sohail Azeem Abadi voit la beauté dans ce qui semble être laid et présente la laideur comme quelque chose de beau. La paix des colonies, le chagrin et le bonheur des villages, leur mode de vie simple, la barbarie des propriétaires terriens, le fascisme des bureaucrates et l’attitude impérialiste des fonctionnaires du gouvernement sont les sujets de ses nouvelles, et les écrits de ses nouvelles se font l’écho de ces questions. La vie racontée par Sohail est à la fois agréable et signifiante.

Professeur Syed Muhammad Mohsin

par – Syed Muhammad Hasnain

Traduit de l’ourdou par Shahzaman Haque

 

Il existe certains événements à la lumière desquels vous pouvez voir et comprendre beaucoup de choses. C’est suffisant. Découvrons cet événement et rencontrons le protagoniste dont il raconte l’histoire.

Il y a de nombreuses années, les étudiants du Patna College racontent_____

Un après-midi, dans une salle des profs bondée du collège, un éminent professeur prit soudainement la parole pour annoncer une chose étrange. Les membres du corps enseignant prenaient le thé ou le café pendant la pause des étudiants. « Après réflexion et une longue délibération, nos étudiants sont parvenus à désigner deux de nos professeurs comme étant les plus charmants et les plus élégants. »

Cette allocution surprenante du professeur suspendit le temps dans la salle. Tous les yeux se tournèrent vers lui, attendant de savoir qui seraient les nommés. Tout en prenant une gorgée de thé, le professeur piqua encore plus la curiosité de ses auditeurs en disant : « Parmi toutes les personnes ici présentes, seuls deux professeurs ont été retenus comme étant les plus charmants et les plus élégants. » Tous les membres de l’assemblée se sont livrèrent à des conjectures, mélange de curiosité et d’envie de connaître le nom des deux « élus ». Dans le même temps, le professeur observait les personnes devant lui.

Le professeur Radha toussa ensuite plusieurs fois, ce après quoi le professeur Mohsin, le regard curieux, céda à un sentiment d’anxiété mêlé de perplexité ; la soucoupe de sa tasse de thé se mit à s’agiter dans ses mains. Le professeur Mohsin commença subitement à trembler et ses yeux se figèrent en un instant. Ce message implicite du professeur Radha devint clair et la salle des professeurs devint soudainement le théâtre de rires, associant allégresse et jalousie.

En peu de temps, la nouvelle de cet événement se répandit comme une traînée de poudre. Notamment lorsque les garçons eurent vent de cet événement, il y eut alors un emballement dans tout le collège et la nouvelle parvint même jusqu’à la sphère privée de plusieurs enseignants. Les étudiants prétendent qu’après cette journée, le professeur Mohsin n’avait plus jamais été vu portant les tenues élégantes qu’il affectionnait tant.

C’est une affaire privée, ce que vous dites et la façon dont vous le dites, et cette réaction logique du professeur Mohsin eut des conséquences pour Mme Mohsin. Personne ne remettra en question les paroles de Wali :

  • Les accessoires n’affectent pas la beauté ; regardez comme la lune est magnifique sans artifice »

                                     _________________________________

De taille moyenne, avec un large front, il porte des lunettes noires qui tranchent remarquablement avec son teint clair. En dépit d’un esprit jeune et d’une personnalité discrète, le professeur Mohsin inspirait dignité et intelligence, ce qui ajoutait encore à son élégance. Vous serez ravi de rencontrer et de parler avec Mohsin, il vous apprendra des choses dont vous ignoriez même l’existence et dont jamais vous n’auriez entendu parler sans son concours. Dès le premier regard, sa personnalité, qui se distingue non seulement par une grande élégance, mais également par une sérénité exemplaire, vous fera impression. Apparemment, tout professeur réputé dans le domaine de la psychologie comme Mohsin semblera avoir des connaissances remarquables, mais les moments passés avec Mohsin en particulier révèlent une perspective totalement différente de ses compétences, et bien plus encore. La sérénité, la sincérité, la confiance et un sens aigu de l’humour teinté de douceur ajoutent une touche de chaleur à sa personnalité. Discuter avec le professeur Mohsin est encore plus agréable. Avec son timbre de voix doux et ses mots savants, il dissipe vos doutes et tous les dilemmes auxquels vous pourriez être confronté, mais tout en restant positif. Les minutes deviendront des heures et jamais vous ne voudrez mettre fin à votre conversation avec lui. Avec délicatesse, Mohsin terminera la conversation si poliment que vous entendrez toujours l’écho de ses paroles longtemps après son départ.

                            ___________________________________

Dans l’une de ses publications « Na-ay Afsaanay » (nouvelles histoires courtes), Akhtar Aureenvy écrit :

« Mohsin est connu dans toute l’Inde. Bon nombre de ses fictions ont été publiées par feu Saaqi à Delhi et beaucoup à Patna. Il est professeur de Philosophie et de Psychologie au Patna College. Même s’il n’est plus tout jeune, son style d’écriture a conservé une certaine jeunesse. Les psychologues ont partagé le cerveau humain en deux parties distinctes, le conscient et l’inconscient. Les activités du subconscient sont étonnantes. Comprendre sa nature complexe est difficile. Le subconscient affecte le caractère humain d’une manière incroyable, pour le meilleur ou le pire. Pour Mohsin, cette réflexion est au cœur de la vie. C’est avec une grande maîtrise que Mohsin présente cette vision de la vie. Parallèlement, il rapproche aussi les problèmes sociaux externes d’analyses et solutions psychologiques. »

Ce sont les remarques introductives d’Aureenvy. Une analyse minutieuse de la littérature ourdoue permet d’identifier un panel de trois écrivains extraordinaires dont le travail se démarque parmi les différents ouvrages en langue ourdou. Leur travail est entièrement basé sur une analyse psychologique pure d’événements du quotidien. La plupart de leurs travaux incluent l’analyse et la solution psychologique à un dilemme complexe. Les œuvres littéraires de Mufti évoquent la connaissance de la vie. Pour leur part, les écrits d’Askari parlent de la connaissance de la psychologie. Mais Mohsin associe observations et connaissances approfondies sur la psychologie et la vie, faisant de lui une figure remarquable dans ce domaine. Pour beaucoup, cela peut sembler incroyable, mais aussi compétent soit-il, cet enseignant du Patna College se rendait régulièrement dans les plus grands hôpitaux psychiatriques du sous-continent pour tenter de découvrir les limites de l’étude psychologique. Il était si enthousiaste et passionné par sa matière de prédilection que lors de congés ou de ses vacances, il se rendait à l’hôpital psychiatrique de Kanke pour se confronter aux problèmes insolubles de Zulaikha et Azra, Tagore et Hitler, et de Ghaalib et Shaw.

Ceux qui ont lu Raiz-a-Meena, Mertaba Shah Ahmed Dehlvi, peuvent apprécier Mohsin et son œuvre après avoir lu « Woh Anokhi Muskrahat – Ce sourire unique». Cette première fiction de Mohsin est non seulement un chef-d’œuvre ourdou, mais aussi, plus largement, de la littérature orientale. Elle a immédiatement été traduite et s’est inscrite dans la littérature de toutes les langues indiennes.

Dans les années 1940, alors que l’histoire du sous-continent connaissait de nombreux changements, la vie de Mme Mohsin a elle aussi connu un tournant désastreux. Ce changement fut le départ de son mari, M. Mohsin. La solitude semblait s’emparer de la paix dans sa vie. C’est au sein d’un institut de recherche en Écosse, dirigée par le célèbre psychologue européen Herbert Reed, que Mohsin a poursuivi ses travaux de recherche en psychologie pendant deux ans. À son retour, sa renommée de médecin n’était plus à faire. Le royaume de Dieu ne manque pas de patients atteints de maladies mentales. La nature lui a offert de nombreuses opportunités. S’il l’on se fie à son sage enseignement, le caractère et les actions d’un patient prévalent sur son état. Mohsin est aujourd’hui reconnu comme un médecin compatissant et bienveillant, ainsi qu’un expert en psychologie.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search