Mujibur Rahman Sohail Azeem Abadi

par – Syed Muhammad Hasnain

Traduit de l’ourdou par – Shahzaman Haque

Inutile de lever votre lampe. Vous le connaissez, vous savez qui il est. C’est Sohail Azeem Abadi.

Teint hâlé, front large, sourcils noirs et une taille presque considérable… mais attendez un peu. Voici une question… Comment définir l’humour ? « UNE SENSATION D’INCONGRUITÉ EST À L’ORIGINE DU RIRE »

« Non monsieur. Dites-le en ourdou et illustrez avec un exemple »

« L’Incompatibilité ou l’impropriété de circonstances qui… »

« Non monsieur. Une définition simple en seulement deux mots — l’association d’éléments disproportionnés, comme… Akhtar Oranvi et Sohail Azeem Abadi s’embrassent dans une foule compacte après les prières de l’Aïd… »

___________________________________

Une petite foule s’était rassemblée près d’un marchand de glace sur une route menant à Muradpur. Cette foule en demi-cercle augmentait progressivement. Puis, six personnes se démarquèrent de cette assemblée et toutes se mirent à regarder une personne au milieu de cette foule. Je me suis avancé pour voir quel était le problème. Des voix s’élevaient alors.

« Entièrement infondé, félicitations, pas le temps, oui bien sûr, non mon cher, rien n’est impossible, je ne le trouve pas, il va falloir le changer, pourquoi pas, qu’est-ce que c’était, ce n’est pas facile, mon Dieu j’ai donné, allez mon frère, envoie-le simplement sans timbre… »

La conversation était assez étrange et totalement incohérente. Je ne comprenais rien à l’incident et je m’en suis donc approché. En m’approchant de la foule, j’ai commencé à regarder au-dessus des épaules des gens devant moi. Toutes les discussions portaient sur une seule personne. Sohail Azeem Abadi en faisait partie.

Cheveux en bataille, mine ravie, sourire aux lèvres et lui-même simplement ébouriffé, tels étaient les traits de l’apparence de Sohail. Les doigts de sa main droite étaient dissimulés dans la poche de son pantalon, et sa main pliée tenait un exemplaire de « Lénine et Marx » contre lui. Les doigts de son autre main dessinaient, séparaient et dessinaient à nouveau des cercles dans ses cheveux lisses, semblables à des fils de laine à tisser. Et sa main droite était entremêlée avec celle d’un vieil homme. Qui était en mouvement et qui était statique ? Difficile de le dire tant l’étreinte des bras était étroite, ils étaient comme enchevêtrés. Ses yeux étaient impatients de dire quelque chose, et ses sourcils noirs semblaient grandir et traverser le cercle de ses lunettes noires. Tous les regards de la foule observaient Sohail et ses deux yeux embrassaient toute l’assemblée. Tout le monde se parlait, la foule entière composait l’auditoire, mais seul Sohail était attentif. Parce que sa langue et ses yeux étaient en parfaite harmonie, l’une accompagnant les autres et inversement.

 « Où mon frère ? » Ses yeux m’ont repéré et il y a eu un appel « au revoir ». J’ai dit : « Assalamu alaykum » et, avançant vers lui, je me suis rapproché. Puis j’ai demandé, « Quand êtes-vous arrivé Monsieur Sohail ? »

« Je ne donne aucune importance à ce genre de personnes » me répondit-il. Je me suis tu. Puis la sentence est tombée, « Tabasse ce misérable. » Toute palabre eut été inutile, et tout s’est arrêté là.

___________________________________

Azeem Abad Patna est sa terre natale, il réside à Ranchi. Le service est son métier et la littérature son passe-temps. Il vient chez lui pour six à sept mois et s’en va dès qu’il arrive. En réalité, la vie et la mort, la mortalité et la survie constituent un mouvement vivant, qui s’éloigne et se rapproche de Sohail. Cette lampe bien connue attire les papillons de nuit vers elle, quand ils la voient de près — peut-être aurez-vous l’impression d’être incompris, car Sohail n’est pas une personne si incroyable, et n’a aucune coquetterie. Iqbal s’est adressé à la bougie après avoir ruminé sur la vie agitée du papillon de nuit et la vive lumière de la bougie ;

Votre coquetterie entretient son agitation,

Quelles mœurs d’amour lui avez-vous enseignées.

Même sans coquetterie, la présence de Sohail rend indubitablement les autres nerveux. Le dévouement à la littérature a remplacé les mœurs amoureuses et le voile de la profession et du passe-temps a transformé Sohail en Shakeel sous couvert de sincérité. Aucun doute que Sohail Azeem Abadi a non seulement accompli des réalisations décisives pour la publication et la propagation de sa langue dans la vaste région du Nagpur, mais il a aussi laissé des exemples vivants d’édition littéraire et de création dans toute l’Inde. Cette lumière brillante du Bihar devient encore plus lumineuse à son arrivée sur ses terres d’origine. Les yeux s’immobilisèrent complètement à la vue de Sohail à Patna. Même sans vouloir s’arrêter en voyant Sohail passer devant eux, les pieds inconsciemment se figent, et soudain ce gitan de quatre pieds et sept pouces de haut devient grand lettré, avant d’être encerclé par une foule. S’ensuit une conversation. Les applaudissements et la sincérité de la foule amènent la vision, l’ouïe et les perceptions de Sohail Azeem Abadi au plus près de son expression des plaintes et des responsabilités, et chaque interlocuteur s’agglutine à lui dans cet échange de répliques.

Sohail est un auteur de nouvelles, un poète du quotidien, un musulman traditionaliste et un socialiste religieux. Il mange les feuilles de bétel; non, plutôt, il le mange beaucoup et est également accro aux cigarettes. Il prend régulièrement le thé et écrit des histoires avec son cœur. Malgré cela, Sohail est socialiste parce qu’il porte une robe ; plus exactement une robe très ordinaire, il voyage en wagon de troisième classe sans aucune formalité, et est une personne très généreuse, bienveillante et aimante.

Sohail a amélioré son statut dans les nouvelles ourdoues au même titre qu’Ahmad Nadeem Qasmi, Sudrashan et Prem Chand. Tous ces artistes ont créé un créneau particulier, Prem Chand le premier. Le Punjab agricole est luxuriant avec Ahmad Nadeem Qasmi. Les terres rurales de Bihari sont très fertiles avec Sohail Azeem Abadi et les villages paisibles du nord de l’Inde sont très agréables avec Munshi Prem Chand. L’œil aiguisé de Sohail Azeem Abadi voit la beauté dans ce qui semble être laid et présente la laideur comme quelque chose de beau. La paix des colonies, le chagrin et le bonheur des villages, leur mode de vie simple, la barbarie des propriétaires terriens, le fascisme des bureaucrates et l’attitude impérialiste des fonctionnaires du gouvernement sont les sujets de ses nouvelles, et les écrits de ses nouvelles se font l’écho de ces questions. La vie racontée par Sohail est à la fois agréable et signifiante.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.