Tous mes plans ont été bouleversés

Tous mes plans ont été bouleversés

 اُلٹی ہو گئیں سَب تَدبیریں

Poète – Mir Taqi Mir (1723-1810)

Traduit par Denis Matringe

Directeur de recherche, CNRS

Aucun remède n’a marché ;

Voyez-vous, cette maladie de cœur

M’a finalement achevé.


J’ai consumé ma jeunesse à pleurer,

Et puis vieux j’ai fermé les yeux ;

C’est-à-dire que j’ai veillé la nuit

Me reposant la matinée.


Sûrement elle peut donner la vie,

Mais de par ma bonne fortune,

C’est une sentence d’exécution

Qu’elle m’a d’abord envoyée.


Tu nous accuses nous les opprimés,

Injustement d’être trop libres ;

Quand tu peux faire tout ce que tu veux,

Pour rien nous sommes diffamés.


Tous les roués, les débauchés du monde

À tes pieds restent prosternés ;

Les fripouilles, les pervers, les malins,

C’est toi qui es leur conseiller.


Si jamais j’ai pu manquer de respect,

Vu ma folie c’était bien peu ;

Je n’ai pas fait, en cheminant vers elle,

Un seul pas sans me prosterner.


A qui est la Ka’ba ? Où s’orienter ?

Quels sont le lieu saint et la robe ?

Ces questions les habitants de sa rue,

Les ont tout à fait oubliées.


Le Maitre qui est nu dans la mosquée

Était hier soir à la taverne.

Chemise, robe, manteau et chapeau,

Dans l’ivresse il a tout donné.


Dans le monde en noir et blanc d’ici-bas

Qu’aurons-nous donc fait si ce n’est

D’avoir, pleurant la nuit jusqu’au matin,

Tant bien que mal le jour passé.


Tu veux savoir la religion de Mire ?

S’étant fait une marque au front,

Il est au temple, et il s’est de l’islam

Depuis bien longtemps détourné.

Le poème fait partie de l’ouvrage :

Mîr Taqî Mîr. Masnavîs. Poèmes d’amour de l’Inde moghole.
Traduit de l’ourdou, présenté et annoté par Denis Matringe. Connaissance de l’Orient 81.
Collection UNESCO d’oeuvres représentatives. Paris :Gallimard, 1993. 95 p

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.