Nat-I-Sharif “O Muhammad, appelle-moi à Médine”

 

Ecoutez ici 

Traduit par Denis Matringe

 

O Dieu, tant qu’il me restera dans le corps un souffle de vie,

Puisse-t-il T’être dévoué, être consacré à ton Bien-Aimé.

Que je vive ou meure, ô puissai-je toujours prier !

À l’heure de l’appel, puisse ma foi rester intacte !

 

Quand me vient aux lèvres le nom de Muhammad Mustafa,

Cela m’est un profond réconfort et me procure un grand apaisement.

Quel nom suprême aussi que celui de Muhammad Mustafa !

Il est secourable là où ne l’est aucun autre,

Seigneur et maître de Médine, au moins ce regret  s’en va,

Quand qui t’aime a vu ton âme lumineuse, son souffle peut le quitter.

 

O Muhammad appelle-moi à Médine,

Il n’est pas d’autre remède à ma peine.

Seigner qui invoquer dans l’affliction ?

Je n’ai personne d’autre que toi.

 

Écoute, ô écoute ma supplique, Envoyé d’Allah !

Sans cesse je t’invoque, digne Envoyé d’Allah !

 

Seigner, qui invoquer dans l’affliction ? 

Je n’ai personne d’autre que toi.

 

Le refuge de ceux qui sont frappés par le malheur, c’est toi !

Le refuge de ceux qui sont sans soutien, c’est toi !

 

Seigner, qui invoquer dans l’affliction ? 

Je n’ai personne d’autre que toi.

 

Tant que pèsera sur moi l’affliction,

Mon Seigneur je te supplierai.

 

Pour écouter ma plainte il n’est,

O Prophète Mustafa, personne d’autre que toi,

O, écoute ma plainte !

 

Je te parlerai, tu m’écouteras,

Tu protégeras mon honneur.

 

Écoute ma plainte !

 

Si tu ne m’écoutes pas, qui le fera ?

Écoute donc maintenant.

 

Écoute ma plainte !

 

C’est une histoire bien modeste que celle de mon coeur,

Écoute-la maintenant, par un effet de ta bonté,

Écoute donc maintenant.

 

Écoute ma plainte !

 

La plainte de mon coeur m’est venue aux lèvres,

Je t’en supplie, Seigneur au manteau,

Écoute donc maintenant.

 

Écoute ma plainte !

Pour écouter ma plainte il n’est,

O Prophète Mustafa, personne d’autre que toi.

 

Dans ta compassion, tu as tellement pris pitié,

Que ce que je demandais, je l’ai obtenu,

Personne n’a plus de générosité que toi,

Personne n’et plus indigent que moi,

Seigneur, Tu n’es que miséricorde et bonté !

 

O, Saint souverain, tu n’es que miséricorde !

 

Tu es miséricordieux, et le pauvre hère que je suis est à ta porte,

Mais je vis de ta générosité.

 

Saint souverain, tu n’es que miséricorde !

 

Il n’y a pas de fin à mes fautes, mais

Tu es si miséricordieux que je trouve refuge en toi.

 

Saint souverain, tu n’es que miséricorde !

Saint souverain, tu n’es que miséricorde !

 

Tu n’es que miséricorde et bonté,

Je ne suis qu’un pêcheur, sans personne et sans ressource,

Je te supplie au nom de Husain,

Je ne sais que prier.

 

O Muhammad, appelle-moi à Médine !

Il n’est pas d’autre remède à ma peine. 

 

Source : Source : Nusrat Fateh Ali Khan en concert à Paris

Radio France (OCORA) 1989.

Note de traduction : Dans les Qawwalis, la plupart des vers sont répétés plusieurs fois:il en va souvent de même pour certains mots ou groupes de mots. Ces répétitions n’ont pas été transcrites ni traduites. En outre, il arrive fréquemment à Nusrat Fatah Ali Khan d’introduire des passages chantés avec les “notes” de la “gamme” indo-pakistanaise : sa, ré, ga, ma, pa, dha, ni, sa. Il n’en a pas été tenu compte dans la traduction. Quelques passages incompréhensibles ont été indiqués par des points de suspension (…).



Citer ce billet
urduturnon (2023, 12 janvier). Nat-I-Sharif “O Muhammad, appelle-moi à Médine” Urduturnon. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v3jw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.