La survie des langues : pratiques langagières et paysages linguistiques au sein des centres d’exilés en France

 

Lien pour PDF et accès ouvert : Lingua (non) grata – Chapitre 7. La survie des langues : pratiques langagières et paysages linguistiques au sein des centres d’exilés en France – Presses de l’Inalco (openedition.org)

 

Haque, S. 2022. Chapitre 7. La survie des langues : pratiques langagières et paysages linguistiques au sein des centres d’exilés en France. In Saglio-Yatzimirsky, M., & Galitzine-Loumpet, A. (Eds.), Lingua (non) grata : Langues, violences et résistances dans les espaces de la migration. Paris : Presses de l’Inalco. doi :10.4000/books.pressesinalco.44766
Résumé
Ce chapitre se propose d’analyser les pratiques langagières et les paysages linguistiques au sein des centres d’accueil de migrants en France par le truchement d’une enquête ethnographique menée dans le cadre du programme ANR LIMINAL (2017-2021). Nous nous intéresserons, d’une part, aux interactions langagières entre les acteurs sociaux et les exilés et, d’autre part, aux biographies langagières de ces derniers depuis le début de leur trajectoire migratoire jusqu’à leur installation en France. Comment les langues sont-elles mobilisées par les acteurs sociaux et par les exilés ? Comment peut-on analyser le paysage linguistique au sein d’un centre de premier accueil ? Comment sont conçus ces marquages linguistiques et à quelles fins ? Dans le processus parsemé d’obstacles d’une demande d’asile, la langue peut jouer un rôle central. Le français paraît omniprésent, l’anglais, à compétence réduite, sert de langue véhiculaire, alors que les langues des exilés sont traduites ou délaissées.
This article proposes to analyse language practices and linguistic landscapes in asylum centres in France through an ethnographic survey conducted as part of the Liminal program (2017-2021), under the aegis of the National Research Agency, France. In this paper, I attempt to show, on one hand, the language interaction between social workers and asylum seekers, and on the other hand, the linguistic biographies of the latter from the beginning of their migration trajectory until their settlement in France. How are languages mobilised by social workers and asylum seekers in these centres? How can we analyse the linguistic landscape when arrive at reception centres? How are linguistic markers designed and for what purposes? Language can play an important role during the process of applying for asylum, which is replete with hurdles and daily hassles. The current study indicates that, though French seems omnipresent in asylum centres, English is used as a lingua franca, albeit with limited skills, whereas the native languages of the asylum seekers are translated or abandoned.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search