Nous verrons (ہم دیکھیں گے)

Nous verrons

– Faiz Ahmad Faiz
Traduit de l’ourdou par Shahzaman Haque

 

 

Nous verrons

Il est certain que nous verrons

le jour promis

écrit sur la Tablette d’éternité 

 

Lorsque la tyrannie de l’énorme montagne

s’envolera comme du coton

sous nos pieds, nous, les opprimés

Lorsque la terre tremblera

et, sur la tête de nos dirigeants

lorsque la foudre tombera

Lorsque, depuis la Demeure de Dieu 

seront enlevées toutes les idoles 

Lorsque nous, les purs, expulsés des lieux sacrés

serons installés sur des coussins divins

 

Toutes les couronnes tomberont 

Tous les trônes s’écrouleront

Survivra seulement le nom d’Allah

Lui est invisible et visible 

Lui est le théâtre et l’auditoire

 

Vérité, suis-je –  le slogan résonnera

Qui est moi et toi aussi

et régnera le peuple de Dieu

Qui est moi et toi aussi 

 

Le poème en ourdou

ہم دیکھیں گے

لازم ہے کہ ہم بھی دیکھیں گے

وہ دن کہ جس کا وعدہ ہے

جو لوح ازل میں لکھا ہے

جب ظلم و ستم کے کوہ گراں

روئی کی طرح اڑ جائیں گے

ہم محکوموں کے پاؤں تلے

جب دھرتی دھڑ دھڑ دھڑکے گی

اور اہل حکم کے سر اوپر

جب بجلی کڑ کڑ کڑکے گی

جب ارض خدا کے کعبے سے

سب بت اٹھوائے جائیں گے

ہم اہل صفا مردود حرم

مسند پہ بٹھائے جائیں گے

سب تاج اچھالے جائیں گے

سب تخت گرائے جائیں گے

بس نام رہے گا اللہ کا

جو غائب بھی ہے حاضر بھی

جو منظر بھی ہے ناظر بھی

اٹھے گا انا الحق کا نعرہ

جو میں بھی ہوں اور تم بھی ہو

اور راج کرے گی خلق خدا

جو میں بھی ہوں اور تم بھی ہو

Tous mes plans ont été bouleversés

Tous mes plans ont été bouleversés

 اُلٹی ہو گئیں سَب تَدبیریں

Poète – Mir Taqi Mir (1723-1810)

Traduit par Denis Matringe

Directeur de recherche, CNRS

Aucun remède n’a marché ;

Voyez-vous, cette maladie de cœur

M’a finalement achevé.


J’ai consumé ma jeunesse à pleurer,

Et puis vieux j’ai fermé les yeux ;

C’est-à-dire que j’ai veillé la nuit

Me reposant la matinée.


Sûrement elle peut donner la vie,

Mais de par ma bonne fortune,

C’est une sentence d’exécution

Qu’elle m’a d’abord envoyée.


Tu nous accuses nous les opprimés,

Injustement d’être trop libres ;

Quand tu peux faire tout ce que tu veux,

Pour rien nous sommes diffamés.


Tous les roués, les débauchés du monde

À tes pieds restent prosternés ;

Les fripouilles, les pervers, les malins,

C’est toi qui es leur conseiller.


Si jamais j’ai pu manquer de respect,

Vu ma folie c’était bien peu ;

Je n’ai pas fait, en cheminant vers elle,

Un seul pas sans me prosterner.


A qui est la Ka’ba ? Où s’orienter ?

Quels sont le lieu saint et la robe ?

Ces questions les habitants de sa rue,

Les ont tout à fait oubliées.


Le Maitre qui est nu dans la mosquée

Était hier soir à la taverne.

Chemise, robe, manteau et chapeau,

Dans l’ivresse il a tout donné.


Dans le monde en noir et blanc d’ici-bas

Qu’aurons-nous donc fait si ce n’est

D’avoir, pleurant la nuit jusqu’au matin,

Tant bien que mal le jour passé.


Tu veux savoir la religion de Mire ?

S’étant fait une marque au front,

Il est au temple, et il s’est de l’islam

Depuis bien longtemps détourné.

Le poème fait partie de l’ouvrage :

Mîr Taqî Mîr. Masnavîs. Poèmes d’amour de l’Inde moghole.
Traduit de l’ourdou, présenté et annoté par Denis Matringe. Connaissance de l’Orient 81.
Collection UNESCO d’oeuvres représentatives. Paris :Gallimard, 1993. 95 p

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search