“Case” – کیس

 

Originaire du sanskrit, ce mot est utilisé dans plusieurs langues du nord et de l’ouest de l’Inde et comme en hindi, pendjabi, marathi, il signifie au premier sens « la tresse » ou « de longs cheveux ». Cependant, en ourdou le terme « case » est rarement employé dans le langage quotidien. En pendjabi, ce mot a une connotation religieuse, car avoir de longs cheveux fait partie des cinq obligations de la religion sikhe.

Selon le dictionnaire Noor ul lughat, le mot en ourdou ‘case’ est emprunté au persan en ourdou. Il désigne une boîte, une trousse, un étui à lunettes, une montre, voire un fourreau du fusil.

میرے چشمے کا کیس کہاں ہے؟

où est mon étui à lunettes ?

Dans l’usage familier, on désigne de « case » quelqu’un qui est « lourd » ou  « idiot ».

Il existe un équivalent en français ‘cas’ : « ce type est un cas », sous entendu- « c’est un cas social », particulièrement stupide.

La phrase typique dans ce sens en ourdou est :

بہت بڑا کیس ہے

ce qui veut dire « c’est un relou du premier degré ».

Les exilés d’originaire de l’Asie du sud en France, particulièrement ceux venant du Pakistan et de l’Afghanistan, mais aussi ceux du Bangladesh, du Népal et de l’Inde emploient ce terme anglais « case » /kεs/ qui signifie pour eux « récit ». En anglais, le terme « case » signifie ‘incident’, ‘situation’, ‘problème’ ce qui n’est pas très éloigné du sens de récit dans le sens où ce récit traite un ‘incident problématique’ pour obtenir le droit d’asile.

میرا کیس چَل رہا ہے

« Mon affaire est en cours / j’ai déposé mon dossier de demande de droit d’asile ».

میرا کیس کون لِکھیگا ؟ میرا کیس بہت  پیچیدہ ہے۔

« Qui va écrire mon récit ? Mon récit est très compliqué ».

Dans le sous-continent indien, le mot « case », est utilisé également dans le sens « faire le procès de», il est donc en lien avec le tribunal. La transformation du sens premier « faire le procès de» au « récit » par des exilés pourrait venir de cette utilisation spécifique par les passeurs. Ces derniers expliquent le processus de demande d’asile aux exilés et ils évoquent le rôle des diverses instances et organismes auxquels les exilés auront affaire pour faire valoir leur ‘cas’. En dernier recours, les exilés peuvent avoir recours à la Cour Nationale du Droit d’Asile.

Il est possible de trouver le mot « case history » en anglais, qui désigne la trajectoire pathologique d’un patient suivi par un psychologue.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search